Prix Spirale Eva-Le-Grand

Nous avons l'honneur et l’immense plaisir d'annoncer que Valérie Lefebvre-Faucher est la lauréate du Prix Spirale Eva-Le-Grand 2020 pour son essai Procès-verbal (Écosociété, 2019).

Composé du comité de rédaction de Spirale, le jury tient à récompenser Procès-verbal pour l’acuité de sa pensée critique. Dans ce premier essai, Valérie Lefebvre-Faucher réfléchit avec justesse à la liberté d’expression et inquiète les structures idéologiques qui bâillonnent certaines prises de parole, notamment celles qui appartiennent au monde du livre. Dans un parcours ancré à la fois dans son métier d’éditrice, son expérience de lectrice et ses positions féministes, Lefebvre-Faucher parvient à montrer que la réflexion critique est affaire de nuances en ce qu’elle dépasse l’uniformité qu’imposent certaines idéologies bienpensantes, dont elle révèle les contradictions et les incohérences. C’est en partie en littérature, là où elle situe ce texte dès son incipit, que l’essayiste pense sa liberté, mais également celle de la société qu’elle questionne, une littérature qu’elle ne cherche toutefois ni à vénérer ni à protéger coûte que coûte.

Le prix offert à la lauréate est une œuvre sur papier de l’artiste visuelle Sophie Jodoin. Sensible à la réflexion de l’autrice, qui rejoint son propre questionnement sur le langage et les manifestations du féminin, l’artiste propose une œuvre à la fois textuelle et visuelle qui fait écho à la prise de parole, au risque, au doute, au témoignage et à l’écriture, notamment. Cette œuvre, constituée d’une page de livre poncée portant l’inscription « Femme écrivant / Woman Writing », exprime avec subtilité la tension entre force et fragilité qu’implique la posture d’écrivaine incarnée par Valérie Lefebvre-Faucher dans son essai.

Nous félicitons chaleureusement la lauréate et les deux autres finalistes de cette année, Nicholas Dawson (Désormais, ma demeure, Triptyque, 2020) et Nicolas Lévesque (Phora. Sur ma pratique de psy, Varia, 2019).